Loading...
Yougoslavie (117 événements)
Yougoslavie

(117 événements)

Décembre
01/12
Le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (Yougoslavie) est fondé.
Janvier
27/01
Une manifestation de citoyens germanophones de la ville de Marburg an der Drau est violemment dispersée par des soldats de l'armée SHS le dimanche sanglant.
Septembre
10/09
Traité de Saint-Germain-en-Laye sur la protection des minorités entre les principales Puissances alliées et associées et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Traité de Saint-Germain-en-Laye entre les Alliés et la Tchécoslovaquie.
11/09
Alors que la Conférence de la paix déçoit les ambitions italiennes d'extension territoriale, D'Annunzio, à la tête de légionnaires patriotes, occupe la ville de Fiume [Rijeka] en Italie et y installe un Gouvernement.
Septembre
08/09
D'Annunzio fait adopter une constitution faisant de Fiume un état indépendant.
Novembre
12/11
Traité de Rapallo.
Décembre
30/12
L'Etat libre de Fiume est établi.
Août
16/08
Fils de Pierre 1er de Serbie, Alexandre 1er monte sur le trône à la mort de son père. Il est roi des Serbes, des Croates et des Slovènes jusqu'en 1929, date à laquelle il devient roi de Yougoslavie.
Janvier
27/01
Traité de Rome entre le Royaume d'Italie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, prévoyant l'annexion italienne de Rijeka.
Janvier
05/01
Par un coup de force le roi de Yougoslavie renvoie le parlement et abroge la Constitution votée en 1921. L'Assemblée nationale dissoute.
Octobre
03/10
Le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes devient le Royaume de Yougoslavie. Les provinces traditionnelles sont divisées en neuf entités géographiques, les banovines qui nient les identités culturelles des nations.
Février
16/02
La Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie constituent la « Petite Entente » et créent un conseil permanent devant la menace allemande.
Février
09/02
L'Entente balkanique est formée entre la Grèce, la Roumanie, la Yougoslavie et la Turquie.
Octobre
06/10
Le roi Alexandre Ier s'embarque à Zenika à bord du croiseur Dubrovnik.
09/10
Pierre II monte sur le trône de Yougoslavie.
--   
Le roi Alexandre Ier de Yougoslavie est assassiné à Marseille par des terroristes croates (Chernozemski). Le ministre des Affaires Etrangères Barthou, venu l'accueillir à la descente du bateau, est mortellement blessé. Total : 6 morts.
17/10
Les obsèques solennelles d'Alexandre Ier de Yougoslavie sont célébrées à Belgrade.
Novembre
13/11
Le Premier Ministre Stoyadinovic fait une déclaration soulignant l'inviolabilité des frontières de la Yougoslavie.
Février
05/02
Démission de Milan Stojadinović en Yougoslavie. Dragi¨a Cvetković lui succède.
Août
26/08
Le Président du Conseil, Cvetkovic, et Macek signent un accord qui octroie l'autonomie interne à la Croatie et réaffirme l'égalité de tous les peuples yougoslaves ; 5 Croates entrent dans le cabinet yougoslave, et Macek devient vice-Président du Conseil.
Septembre
03/09
La Yougoslavie se proclame neutre.
Décembre
13/12
Hitler signe des directives pour préparer l’opération Marita, (attaquer la Grèce et la Yougoslavie à partir de bases situées en Bulgarie).
Février
26/02
La Hongrie signe un traité d’amitié éternelle avec la Yougoslavie à Belgrade.
Mars
25/03
La Yougoslavie et la Bulgarie adhèrent à l'axe Berlin-Rome-Tokyo.
--   
Signature par le Royaume de Yougoslavie du Pacte Tripartie par le Prince Paul, régent de Yougoslavie.
26/03
Coup d'État en Serbie, renversant le gouvernement pro-allemand du régent, le prince Paul, et établissant le jeune roi Pierre II.
27/03
Le prince Paul de Yougoslavie est renversé par un coup d'État, à la suite d'un pacte conclu avec Adolf Hitler.
--   
Hitler donne une directive pour conquérir la Yougoslavie par une guerre éclair, en collaboration avec l’Italie, la Bulgarie et la Hongrie.
Avril
03/04
Des soldats hongrois et allemands entrent en Yougoslavie.
04/04
Invasion de la Yougoslavie. Les armées allemandes envahissent le Royaume de Yougoslavie après avoir pratiquement rayé Belgrade de la carte par un bombardement massif.
05/04
A Moscou un traité d'amitié et de non-agression est signé entre l'Union des républiques socialistes soviétiques et le Royaume de Yougoslavie.
06/04
En réaction à la signature du traité d'amitié et de non-agression entre l'Union soviétique et le Royaume de Yougoslavie les forces allemandes, italiennes hongroises et bulgares envahissent la Yougoslavie, et la Grèce.
09/04
La première division blindée allemande brise le front sur la route Sofia-Belgrade, la deuxième division blindée allemande s’empare de Salonique.
10/04
Les allemands s'emparent de Zagreb.
--   
Proclamation de l'État indépendant de Croatie.
--   
Josip Broz dit Tito devient le chef croate de la résistance communiste en Yougoslavie.
--   
Des dizaines de milliers de soldats yougoslaves entrent dans la clandestinité. Le royaume est démembré. L’Italie obtient la Dalmatie, une partie de la Slovénie et le Monténégro. L’Allemagne nazie prend le reste de la Slovénie, la Hongrie l’ouest de la province serbe de Voïvodine et la Bulgarie la majeure partie de la Macédoine. Les Allemands installent un gouvernement de collaborateurs en Serbie sous l’autorité du général Milan Nedić.
12/04
Reddition de Belgrade.
13/04
Entrée des troupes allemandes dans Belgrade.
16/04
Capitulation du Royaume de Yougoslavie. Un gouvernement d'exil est formé à Londres.
Juin
29/06
Le royaume albanais annexe une partie de la Yougoslavie.
Juillet
07/07
Résistance des Tchetniks (royalistes serbes) sous la direction du général Dra¸a Mihailović. Les partisans lancent leur première attaque contre les Allemands.
08/07
La Yougoslavie est dissoute par l'Axe.
Septembre
 
Installation de Josip Broz Tito et de ses partisans à Uzice.
Novembre
25/11
Prise d'Uzice par les Allemands, les partisans sont chassés de Serbie.
--   
Le pacte anti-Komintern est renouvelé pour 5 ans à Berlin. Les pays signataires sont l'Allemagne, l'Italie, le Japon, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie, la Finlande, le Danemark, la Bulgarie, la Croatie, l'Espagne, le Mandchoukouo et le Gouvernement national réorganisé de la République de Chine.
Décembre
 
Création de la première « brigade prolétarienne » par Tito en Yougoslavie.
03/12
L'annexion par le royaume albanais d'une partie de la Yougoslavie est ratifiée.
Janvier
12/01
Le professeur Yonvanvic devient premier ministre du gouvernement yougoslave en exil à la suite de la démission de Simovic. Il nomme le colonel Mihailovic au ministère de la guerre.
Février
07/02
En quelques heures, des membres des Oustachis croates assassinent 2 300 civils serbes, dont 551 enfants, à Drakulici près de Banja Luka.
Novembre
27/11
Les partisans de Tito, refoulés par une offensive allemande dans la région de Bihać, en Bosnie-Herzégovine, fondent le Conseil antifasciste de libération nationale.
Août
12/08
Le Premier Ministre britannique Churchill rencontre Tito à Naples.
Février
14/02
Les partisans de l'Armée populaire de libération yougoslave libèrent la ville de Mostar en Bosnie-Herzégovine.
Mars
07/03
Tito devient le chef du nouveau Gouvernement de la Yougoslavie libérée.
Avril
05/04
Le dirigeant yougoslave Josip Broz Tito signe un accord avec l'Union soviétique pour permettre « l'entrée temporaire des troupes soviétiques sur le territoire yougoslave ».
06/04
Sarajevo est libérée des forces allemandes et croates par les partisans yougoslaves.
29/04
Destitution de Pierre II de Yougoslavie par un vote de l’assemblée constituante yougoslave.
Mai
15/05
La bataille de Poljana, la dernière escarmouche en Europe se déroule près de Prevalje.
25/05
L'armée populaire yougoslave de Josip Broz Tito, placée sous le commandement suprême soviétique sur l'insistance du gouvernement britannique, achève son retrait de Carinthie.
Novembre
29/11
Fondation de la République fédérative populaire de Yougoslavie.
Janvier
31/01
Etablissement de la constitution de la République fédérative socialiste de Yougoslavie qui comprend six républiques.
Novembre
07/11
L'Italie rejette la proposition yougoslave d'échanger la ville de Gorizia contre celle de Trieste.
Février
10/02
L'Italie signe les traités de paix de Paris, avec lesquels elle cède une grande partie de la Vénétie Julienne à la Yougoslavie et de Tenda et Briga à la France.
26/02
Le général allemand Alexander Löhr est condamné à mort pour crimes de guerre contre des civils yougoslaves et abattu.
Mars
18/03
Les consultants soviétiques quittent la Yougoslavie dès les premiers signes de la scission Tito-Staline.
Juin
28/06
Retrait de la Yougoslavie du camp soviétique — Les dirigeants yougoslaves sont condamnés par le Kominform.
29/06
Au terme d'une longue période de tension, le maréchal Josip Broz Tito (56 ans), chef charismatique de la République populaire fédérale de Yougoslavie, est exclu du Kominform, le mouvement communiste international, à l'instigation de Staline, qui voit en lui un rival encombrant. La Yougoslavie va dès lors faire bande à part et Tito s'ériger en promoteur du mouvement des non-alignés.
Décembre
22/12
L'Armée populaire yougoslave est créée en République socialiste fédérative de Yougoslavie.
Janvier
12/01
La nouvelle constitution entre en vigueur et le maréchal Josip Broz Tito est proclamé président de la république.
14/01
Tito devient président de la République fédérative socialiste de Yougoslavie.
Février
13/02
L'Assemblée nationale approuve une nouvelle Constitution.
Août
06/08
Le maréchal Tito réclame l'internationalisation de Trieste.
Janvier
17/01
Milovan Đilas, président de l'Assemblée fédérale et vice-président de la République de Yougoslavie, est démis de ses fonctions.
Octobre
05/10
L'Italie et la Yougoslavie parviennent à une entente sur la partition du territoire libre de Trieste et signent à Londres un "mémorandum d'entente".
Décembre
16/12
Le leader yougoslave Tito effectue un voyage en Inde.
Mars
29/03
Réhabilitation de László Rajk, ancien ministre des Affaires étrangères, exécuté en 1949 sous l’accusation de titisme et de trahison.
Juin
07/06
Le leader yougoslave Tito effectue une visite en URSS.
Juillet
18/07
Le leader yougoslave Tito reçoit le Président égyptien Nasser et l'indien Nehru à Brioni : ils condamnent la politique française en Algérie.
19/07
Nehru, Tito et Nasser se réunissent à Brioni, en Yougoslavie et posent les bases du mouvement des non-alignés.
Septembre
27/09
Convoqué en Crimée, le leader hongrois Gerö y rencontre Khrouchtchev, Boulganine et Tito (leader yougoslave).
Octobre
15/10
Une délégation gouvernementale hongroise présidée par Gerö part pour Belgrade.
Octobre
13/10
La Yougoslavie reconnaît de jure la RDA.
19/10
La RFA rompt ses relations diplomatiques avec la Yougoslavie.
Novembre
14/11
Réunion des treize partis communistes "frères", à Moscou (URSS à dominante russe). Le communiqué final, que la délégation yougoslave refuse de signer, affirme l'unité de vues sur toutes les questions examinées, et dénonce le révisionnisme post-stalinien, « plus menaçant que jamais ».
Mai
05/05
Le congrès du PCC dénonce violemment la Yougoslavie et le régime Tito.
Avril
07/04
La Yougoslavie est proclamée république socialiste.
Février
11/02
Tito demande l'arrestation de Mihajlov.
Mars
17/03
L'association culturelle croate Matica hrvatska, avec d'autres associations, publie la déclaration sur le nom et le statut de la langue écrite croate, déclenchant ainsi le Printemps croate en Yougoslavie.
Août
09/08
Tito à Prague en visite officielle (→ 11/08). Son biographe Joze Pirjevec, Tito, CNRS Editions, 2017, écrit (p. 423) : «Tito était conscient qu’il existait un danger de voir se renforcer les «éléments anti-socialistes en Tchécoslovaquie. Il se rendit à Prague… pour appeler Dubcek et ses collaborateurs à la prudence tout en défendant publiquement le processus de démocratisation à la conférence de presse.» Suite à cette visite, il multiplia des appels téléphoniques avec Brejnev, Kadar (Hongrie) et d’autres dirigeants du Pacte de Varsovie «qui lui garantirent que le Pacte n’interviendrait pas militairement à Prague». Dès le 22 août, la LCY condamna «l’agression», «l’occupation» et «l’ingérence grossière dans les affaires de la Tchécoslovaquie». Tito a publiquement rejeté l’idée qu’il s’agissait d’une «contre-révolution».
Novembre
10/11
Traité d'Osimo entre la République fédérale socialiste de Yougoslavie et l'Italie qui règle définitivement le partage du territoire libre de Trieste.
Janvier
18/01
Le Premier ministre de la SFR Yougoslavie, Džemal Bijedić, sa femme et six autres personnes sont tués dans un accident d'avion en Bosnie-Herzégovine.
Août
31/08
Le Maréchal Tito débute une visite en Chine.
Mai
04/05
Le président de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, Josip Broz Tito, décède à Ljubljana. Il sera remplacé par un présidium de huit membres, qui, cependant, faute d'une personnalité intégrative, ne peut arrêter la désintégration croissante de la Yougoslavie.
Septembre
26/09
L'Académie des sciences de Belgrade publie un mémorandum qui revendique un rôle dominant pour les Serbes dans la Fédération yougoslave.
Janvier
30/01
La réunion du comité central de la Ligue communiste de Yougoslavie est marquée par l'affrontement entre le Président de la Ligue, Stuvar, et Milosevic.
Juin
28/06
Slobodan Milosevic commémore en grande pompe le 600e anniversaire de la bataille du Champ du Merle qui a mis fin à l'indépendance de la Serbie médiévale. Le mois précédent, il a été élu président de la République fédérative de Serbie.
Décembre
22/12
Le Parlement de Croatie adopte une nouvelle constitution donnant à la république constituante le droit de faire sécession de la Yougoslavie.
Février
28/02
Le Conseil national serbe et le Conseil exécutif de la Région autonome serbe de Krajina (Croatie) décident la séparation de cette région du reste de la Croatie et son maintien dans la Fédération yougoslave.
Mars
28/03
Les présidents des six républiques de Yougoslavie entament des négociations sur l'avenir du pays pour tenter de désamorcer la crise croissante.
31/03
Des combats ont lieu entre Croates et Serbes à Plitvice. L'armée yougoslave intervient et instaure un cessez-le-feu.
Février
15/02
Les douze pays membres de la Communauté européenne reconnaissent l'indépendance de la Slovénie et de la Croatie vis-à-vis de la Yougoslavie.
Mars
01/03
La République de Bosnie-Herzégovine déclare son indépendance de la Yougoslavie après un référendum controversé.
25/03
L'équipe nationale de football de Yougoslavie joue son dernier match international officiel en tant qu'État unitaire.
Avril
27/04
Naissance de la République fédérale de Yougoslavie.
Février
16/02
Une délégation CGT française rencontre la présidente de la Confédération des syndicats Yougoslaves à Belgrade.
22/02
L'ONU approuve la création d'un Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.
Février
14/02
Les États-Unis acceptent la proposition d'un groupe de contact (États-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) pour suspendre les sanctions contre Belgrade en échange d'une reconnaissance des Croatie et Bosnie-Herzégovine indépendantes de la Yougoslavie.
Décembre
14/12
Les accords de Dayton sont signés à Paris par les dirigeants de la République fédérale de Yougoslavie , de Croatie et de Bosnie-Herzégovine.
Février
29/02
Après 1425 jours - plus de deux mois après la signature des accords de Dayton - le siège de Sarajevo, le plus long siège du 20e siècle, prend fin.
Juillet
15/07
Election de Slobodan Milo¨ević à la présidence de la république fédérale de Yougoslavie.
Novembre
03/11
La Grèce abrite à Héraklion le 1er sommet des pays de l'Europe du Sud-Est (Grèce, Turquie, Roumanie, Yougoslavie, Albanie, Bulgarie, Macédoine et Bosnie).
Mars
27/03
Un S-125 yougoslave parvient à abattre un avion furtif F-117 pendant la guerre du Kosovo.
Avril
12/04
Lors du bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN, un McDonnell Douglas F-15E Strike Eagle américain tire sur un train de voyageurs, tuant entre 20 et 60 personnes.
Juin
09/06
Un cessez-le-feu, accepté par la République Fédérative de Yougoslavie, met fin à la guerre du Kosovo.
Mars
05/03
La RFY et la République serbe de Bosnie-Herzégovine signent un accord "spécial" pour renforcer leurs liens.
Février
04/02
Les deux chambres du Parlement fédéral yougoslave approuvent un accord historique dissolvant la Yougoslavie déjà rétrécie depuis 1991-92 et rebaptisant le pays du nom de Serbie-et-Monténégro avant la séparation plus tardives de ces deux dernières entités serbophones.
Mars
24/03
Condamnation de Radovan Karad¸ić, reconnu coupable du génocide de Srebrenica à 40 ans de prison par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.