Loading...
france - 1795 (155 événements)
france - 1795

(155 événements)

Janvier
16/01
Les Français occupent Utrecht.
17/01
Les troupes françaises prennent Utrecht et Arnhem.
19/01
Occupation des Provinces-Unies par l'armée française.
--   
La République batave est proclamée aux Pays-Bas, remplaçant la République néerlandaise.
--   
Les Comités révolutionnaires sont supprimés.
20/01
L'armée française du Général Pichegru entre à Amsterdam : il envoie sur le Zuyderzée un escadron de hussards prendre à l'abordage la flotte hollandaise enchaînée par la glace et la capturer.
21/01
La cavalerie française s’empare de la flotte néerlandaise prise par les glaces du Helder.
--   
L'armée française occupe Rotterdam.
--   
Amsterdam, l'armée française, commandée par le général Jean-Charles Pichegru, entre dans la ville.
23/01
L'armée française occupe La Haye.
--   
Après une charge extraordinaire à travers le Zuiderzee gelé, la cavalerie française capture 14 navires hollandais et 850 canons, dans un cas rare d'une bataille entre navires et cavalerie.
Février
03/02
Prise de Roses par Pérignon.
08/02
La Convention décrète que les honneurs du Panthéon ne seront plus décernés à aucun citoyen que dix ans après sa mort ; ce décret ayant effet rétroactif, les restes de Marat, Lepelletier et Chalier sont extraits du Panthéon.
--   
Les cendres de Marat sont expulsées du Panthéon de Paris sur ordre de la Convention.
09/02
Traité de paix entre la France et la Toscane.
--   
Le Parlement corse se réunit à Bastia. Paoli en refuse la présidence et reste à Monticello.
14/02
L'armée française du Général Pichegru entre à Groningue et s'empare de l'ensemble des Provinces-Unies.
17/02
Signature du traité de La Jaunaye entre notamment Charette, Sapinaud et Albert Ruelle pendant la guerre de Vendée.
--   
Accord de La Jaunaye entre Ruelle et Charette suspendant la guerre de Vendée.
19/02
Les comités révolutionnaires sont supprimés dans les communes de moins de 5000 habitants.
21/02
Rétablissement de la liberté de culte sur le rapport de Boissy d'Anglas. Remise en activité des églises non encore aliénées comme biens nationaux.
--   
Décret qui divise la ville de Paris en douze arrondissements ou municipalités. Cette mesure, en rompant l'unité de la Commune, porte un coup fatal aux factions qui avaient dominé la Convention et la capitale.
24/02
En application du rapport de Lakanal sur l'enseignement en France, la Convention crée des Ecoles centrales départementales [lycées], dans la proportion de 1 école pour 300000 habitants.
25/02
Création des Écoles centrales pour remplacer les anciens collèges religieux et les facultés des arts des universités.
26/02
Entrée de Charette à Nantes avec les républicains du général Canclaux.
Mars
02/03
Un décret met en état d’accusation et d’arrestation les conventionnels Barère, Billaud-Varennes, Collot d'Herbois et Vadier.
03/03
La Convention autorise les émigrés et condamnés à recouvrer certains de leurs biens.
05/03
Bataille de la Ville-Mario.
08/03
Décret de réintégration de 22 Girondins survivants proscrits.
13/03
Bataille navale indécise au large de Savone entre la flotte française du contre-amiral Martin, qui tentait de gagner la Corse, et la flotte britannique (→ 14/03).
17/03
émeute de la faim à Paris.
18/03
L'armée du chef vendéen Stofflet bat les troupes de Canclaux à la bataille de Chalonnes.
19/03
Le chef chouan de Boishardy signe le traité de Moncontour avec Hoche, pour gagner du temps.
21/03
Sur le rapport de Sieyès, la Convention adopte une loi de police destinée à permettre la réquisition de la garde nationale ou de l'armée pour protéger l'assemblée contre les « séditieux ».
22/03
Stofflet est battu à la bataille de Saint-Florent-le-Vieil.
26/03
Procès des vingt-quatre anciens membres du Tribunal révolutionnaire dont Fouquier-Tinville (→ 06/05).
30/03
Fondation de l'École des langues orientales (actuel Institut national des langues et civilisations orientales, INALCO) à Paris.
--   
La Convention charge une commission de 11 députés (des anciens girondins dont Daunou, Lanjuinais et La Revellière-Lépeaux et des modérés dont Boissy d'Anglas et Thibaudeau) d'élaborer une nouvelle Constitution.
Avril
01/04
Journées des 12 et 13 germinal an III de protestations sans violence du peuple parisien contre la cherté des denrées. Les sections de l'Est de Paris envahissent la Convention aux cris de « Du pain et la Constitution de 1793 ». La majorité de la convention profite du départ des sans-culottes pour faire passer les décrets d'arrestation et de déportation contre l'ancien personnel terroriste et pour décréter l'état de siège à Paris. Pichegru est nommé au commandement des troupes de Paris sous le contrôle de deux députés, Merlin de Douai et Barras pour réprimer violemment l’insurrection.
--   
Déportation des « quatre » (Collot d'Herbois, Billaud-Varenne, Barère, Vadier) en Guyane.
--   
Première terreur blanche (avril-mai) ; actions anti-jacobines menées par les jeunesses dorées (Bordeaux, Nantes, Marseille). Les royalistes font régner la terreur dans le midi et l'opinion royaliste gagne du terrain.
03/04
La Convention choisit les membres d'une commission chargée d'appliquer la Constitution de 1793. Le rapport conclut que la constitution est inapplicable et qu'il faut en rédiger une nouvelle.
05/04
Traité de Bâle, paix avec la Prusse, qui reconnaît l'occupation par la France de la rive gauche du Rhin5. Les deux pays s’engagent à observer une stricte neutralité.
--   
Décret d'arrestation des députés de la Montagne Choudieu, Duhem , Chasles, etc. comme auteurs de l'insurrection du 12 germinal et chefs du parti anarchique.
07/04
Décrets du 18 germinal établissant l'uniformité des poids, mesures et monnaies suivant le système décimal. La Convention adopte le système métrique, désigné par les sigles MKpS, pour (dans cet ordre) mètre, kilogramme-poids, seconde.
09/04
Arrestation de Jean-Baptiste Massieu, ancien député du clergé du bailliage de Senlis aux États généraux, évêque constitutionnel du département de l'Oise.
10/04
Le franc devient la monnaie officielle.
11/04
Une Agence temporaire des poids et mesures remplace la Commission temporaire. Elle est composée de Legendre, Coquebert et Gattey.
12/04
Merlin présente son Projet de Déclaration des principes essentiels de l'ordre social et de la République française.
20/04
Traité de la Mabilais signée avec vingt et un chefs chouans.
Mai
01/05
Création de la Société de philosophie chrétienne par l'abbé Grégoire.
05/05
Décret ordonnant la restitution à leurs familles des biens des condamnés pour toute autre cause que l'émigration.
07/05
Exécution de Fouquier-Tinville et de quinze jurés de l'ancien tribunal révolutionnaire.
16/05
Traité de la Haye avec la République batave.
20/05
Journées de Prairial an III11 (→ 22/05) ; la foule en arme envahit la Convention en tirant pour forcer les barrages. Le député Féraud est tué et sa tête portée sur une pique. La Convention est forcée d'adopter une série de mesures : libération des personnes arrêtées depuis le 9 thermidor, rétablissement des visites domiciliaires contre les accapareurs, permanence des sections, renouvellement des Comités. À minuit, un court combat oppose les sectionnaires de l'Est aux gardes nationaux de l'Ouest. Les députés de la majorité reprennent les débats. Les six députés qui se sont déclarés partisans de l'insurrection sont arrêtés (ils sont condamnés à mort le 16 juin) ; Duquesnoy, Goujon et Romme se suicident, Duroy, Bourbotte et Soubrany se blessent et sont guillotinés le 29 prairial et on propose de désarmer les sectionnaires, ce qui se fait dans le calme le 4 prairial. Une répression anti-jacobine suit l'échec de prairial : arrestation, exécution de députés, poursuite contre les membres du gouvernement révolutionnaire, épuration de la garde nationale.
24/05
Un décret interdit les tribunes aux femmes.
26/05
échec des Français du général Schérer à Calabuix, dans les Pyrénées-Orientales.
30/05
Restitution des églises aux populations qui en feraient la demande et partage des édifices entre le culte décadaire, le culte constitutionnel et le culte réfractaire.
--   
Par décret de la Convention, les lieux de cultes (catholiques, protestants, juifs) peuvent ouvrir moyennant un nouveau serment.
31/05
Suppression du Tribunal révolutionnaire. Annulation des condamnations pour fédéralisme.
Juin
06/06
Bataille d'Argentré.
07/06
Prise de Luxembourg par les français.
08/06
Mort du jeune Louis XVII au Temple. Le comte de Provence prend le nom de Louis XVIII et publie un manifeste à Vérone (punition des régicides, rétablissement des ordres et de la monarchie). Une partie de l'opinion royaliste modérée se détourne de lui.
--   
Louis XVII meurt au Temple.
17/06
La poudrerie de Pont-de-Buis-lès-Quimerch est pillée par les chouans.
18/06
Le décret du 30 prairial an III prononce la peine de mort contre tous les chouans, non-seulement chefs, commandants et capitaines, embaucheurs et instigateurs des rassemblements, mais contre tous les hommes armés pris dans les rassemblements.
23/06
La bataille de Groix (→ 27/06) permet le débarquement des émigrés à Quiberon.
24/06
Charette reprend les armes en Vendée en apprenant la mort de Louis XVII.
--   
La Harpe bat les Autrichiens à Vado, Masséna à Melogno.
25/06
Prise du camp des Essarts par les Vendéens conduits par Louis Pageot.
--   
Bataille des Essarts.
--   
Delambre, Lalande, Cassini, Méchain, Bougainville sont élus au Bureau des Longitudes.
27/06
Bataille de Beaulieu-sous-la-Roche pendant la guerre de Vendée.
28/06
Le chef vendéen Guérin surprend à Beaulieu-sous-la-Roche quatre cents Républicains escortant un convoi de dix mille rations de pain ; les trois quarts des Républicains sont faits prisonniers.
29/06
Les débats sur la constitution débutent à la Convention.
30/06
La Convention vote un décret prévoyant que la fille de Louis XVI, Marie-Thérèse, soit échangée contre les prisonniers politiques détenus par l'Autriche.
Juillet
14/07
La Marseillaise est déclarée chant national.
16/07
Une armée d'émigrés royalistes, soutenue par la marine anglaise, débarque à Quiberon.
17/07
L’armée du général Moncey s’empare de Vittoria.
19/07
L’armée du général Moncey s’empare de Bilbao.
21/07
échec de la tentative de débarquement des émigrés (royaliste) et des Britanniques à Quiberon.
22/07
Les Espagnols cèdent à la France la partie orientale de l'île d'Hispaniola (Haïti) dans les Caraïbes au traité de Bâle.
Août
09/08
Massacre de Belleville. Exécution de trois cents prisonniers républicains par les Vendéens, sur ordre de Charette, en représailles des fusillades de prisonniers émigrés et chouans pris à Quiberon.
17/08
Les débats sur la constitution s'achèvent à la Convention.
18/08
Bonaparte est attaché au Bureau topographique du ministère de la Guerre.
22/08
La Constitution de l'an III est approuvée par plébiscite. Elle renonce à la législation sociale de la Convention et à l'idéal égalitaire des montagnards. Le droit de propriété et le libéralisme économique sont sacralisés. En préambule, la Déclaration des droits et des devoirs de l'homme et du citoyen de 1795 supprime la mention déclarant tous les hommes « égaux par nature et devant la loi ». Le suffrage censitaire est instauré, et il faut pour être électeur être propriétaire d'un bien évalué entre 100 ou 200 journées de travail selon les lieux.
--   
Le Département de Paris change de nom pour s'appeler "Département de la Seine".
28/08
Paix signée à Bâle avec le prince de Hesse-Cassel.
31/08
Décret des deux tiers.
Septembre
01/09
échecs des Piémontais devant Clavières dans les Alpes.
 
Suite à une altercation avec un officier amant de la maîtresse de Vidocq, il est condamné à 3 mois de prison à Lille. Il fait la connaissance de Boitel, un agriculteur condamné à 6 ans pour vol.
03/09
Combat de la Bataillère.
04/09
Talleyrand est radié de la liste des Emigrés, sur l'action conjointe de Mme de Staël et de Chénier.
06/09
La Constitution de l'an III est approuvée par référendum.
08/09
Prise de Düsseldorf.
15/09
Bonaparte est rayé de la liste des Gaux en activité par Cambacérès en raison de ses compromissions avec le camp de Robespierre.
--   
Le maréchal Wurmster, défait à Bassano par Bonaparte, se réfugie à Mantoue avec 15000 hommes.
19/09
échecs des Piémontais aux combats de Campo di Pietri et du Petit-Gibraltar.
23/09
Introduction du système métrique.
--   
La Constitution de l'an III instaurant le Directoire est proclamée.
24/09
Merlin soutient le projet de décret sur la réunion de la Belgique à la France.
--   
Aux législatives, Portalis est élu au Conseil des Anciens et adhère au club de Clichy.
25/09
échec des Vendéens devant le camp de Saint-Cyr-en-Talmondais ; Guérin est tué.
30/09
Les troupes anglaises prennent l'île d'Yeu.
Octobre
01/10
La France annexe les Pays-Bas autrichiens. Le Luxembourg devient le département des Forêts français.
02/10
Décret du 10 vendémiaire an IV sur la police intérieure des communes ; il rétablit le passeport intérieur, nécessaire pour voyager hors du canton.
--   
Merlin présente son projet de Code des délits et des peines.
03/10
Bataille de Mortagne.
04/10
Le général Boussard est tué deuxième bataille de Mortagne.
--   
Les insurgés royalistes (2 sections parisiennes de sans-culottes et une partie de la garde nationale) projettent d'encercler le palais des Tuileries où siègent l'assemblée de la Convention et le Comité de salut public.
05/10
Insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV, arrêtée par Napoléon.
--   
Le Général Hoche fait fusiller 748 émigrés.
--   
Le Commandant de l'armée de l'intérieur Barras convoque Bonaparte, le réintègre et le nomme Commandant en second avec mission de réprimer l'insurrection royaliste.
10/10
Un décret-loi autorise définitivement la réouverture de la Bourse de Paris.
11/10
Le Bon est condamné à mort pour abus de pouvoir pendant sa mission.
12/10
L'armée de Sambre-et-Meuse du Général Jourdan est bousculée par l'armée autrichienne du feld-marschal Clerfayt et doit repasser sur la rive gauche du Rhin à hauteur de Dusseldörf.
15/10
Paoli quitte la Corse, par St-Florent, pour Livourne puis Londres.
16/10
Barras élève Bonaparte au grade de Général de division.
18/10
Mannheim est reprise par les troupes du général autrichien Wurmser.
25/10
Création de l'Institut de France.
26/10
La Convention est dissoute ; début du Directoire.
--   
La peine de mort est supprimée.
--   
Bonaparte est nommé Général en chef de l'armée de l'intérieur et commande 40000 hommes dont 15000 à Paris et Saint-Cloud.
--   
La République française annexe Bouillon.
28/10
Première séance du conseil des Cinq-Cents et du conseil des Anciens. Daunou devient président du conseil des Cinq-Cents. La Révellière-Lépeaux, président du Conseil des Anciens.
29/10
Clerfayt débloque Mayence.
31/10
Les 5 Directeurs (Barras, La Revellière-Lépeaux, Le Tourneur, Reubell et Siéyès) sont élus par les 741 députés des Cinq Cents et des Anciens réunis.
Novembre
01/11
élection du directoire exécutif : La Révellière-Lépeaux, Le Tourneur, Rewbell, Barras, Carnot.
03/11
Merlin est chargé d'organiser le ministère de la Justice.
05/11
A Plénée-Jugon, en Bretagne, le juge de Paix Pringault, son greffier, et un journalier, sont tués par des chouans.
14/11
Trois bateaux d'émigrés s'échouent devant Calais ; invoquant leur statut de naufragés, les rescapés échappent à la mort.
16/11
D'anciens Jacobins ouvrent le "Club du Panthéon" à Paris.
18/11
Le comte d'Artois quitte l'île d'Yeu pour regagner l'Angleterre.
23/11
Portalis est élu secrétaire du Conseil des Anciens.
24/11
Victoire de Schérer à la bataille de Loano sur les Austro-Sardes.
--   
Vidocq et 2 autres détenus aident Boitel à s'évader au moyen de faux papiers. Boitel sera rattrapé et dénoncera les complices de son évasion.
25/11
Sapinaud attaque les troupes républicaines aux Landes-Génusson, en Vendée, mais est repoussé.
27/11
Les Vendéens sont battus dans les Landes de Béjarry.
--   
Vidocq est inculpé dans l'affaire Boitel.
28/11
Les Vendéens sont battus à Saint-Denis-la-Chevasse.
Décembre
02/12
Antoine-Melchior Nodier est nommé commissaire du Directoire près les tribunaux civil et criminel du Doubs.
04/12
Attaque victorieuse de Charette contre un détachement républicain du camp de L'Oie..
--   
Bataille de Saint-James.
05/12
Deuxième bataille des Quatre Chemins de l'Oie.
--   
Lamarck achète la propriété de Beauregard à Héricourt (Oise), bien d'émigré confisqué par la Nation, moyennant 500000 livres en assignats avancés par Agasse, plus un reliquat.
10/12
Merlin est élu membre de l'Institut national, dans la classe des sciences morales et politiques.
11/12
Le Directoire décide la fermeture de la Bourse de Paris pour mettre un frein à la spéculation.
15/12
Bonaparte, qui hésite à trahir sa fiancée Désirée Clary, n'a pas repris contact avec Joséphine de Beauharnais. Elle lui envoie un billet : "Vous ne venez plus voir une amie qui vous aime; vous l'avez tout à fait délaissée; vous avez bien tort car elle vous est tendrement attachée.".
16/12
Bougainville est élu membre de l'Institut de Franc.
19/12
Marie-Thérèse de France quitte la prison du Temple, à Paris, pour se rendre à Bâle, où elle est remise aux envoyés de l'empereur François II.
21/12
Deuxième bataille du Rocher de La Piochais.
26/12
Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI, est échangée à Richen (près de Bâle) contre les conventionnels Camus, Lamarque, Quinette, Bancal, le général Beurnonville, Drouet, Maret et Sémonville.
30/12
Deuxième bataille de La Croix-Avranchin.
--   
Sous la menace d'une condamnation pour faux, Vidocq s'évade déguisé en officier.
31/12
Armistice sur le Rhin entre les armées françaises et autrichiennes.